• Lors de la réalisation de l'article sur la démographie de 1850 à 1859, j'avais constaté que trois Mouzéens (Joseph Gentilhomme, Jean Dalonneau et Baptiste Millouet) étaient décédés alors qu'ils appartenaient a des unités des Armées d'Orient et d'Afrique. Les transcriptions des actes d'état-civil mentionnaient qu'ils étaient décédés à la suite d'une maladie.

    Je voulais comprendre pourquoi à cette période autant de Mouzéens appartenaient aux Armées d'Orient ou d'Afrique (on ne retrouve pas d'autres transcriptions dans les décennies précédentes ou suivantes). Pour cela je me suis replongé dans mon livre d'histoire de ma classe de 1ère au Lycée Alfred de Vigny. C'est en relisant le chapitre consacré à la période de 1848 à 1851 que je pense avoir trouvé une explication concernant ce nombre de Mouzéens enrôlés.
    En 1848, les républicains socialistes, appuyés par les démonstrations massives des ouvriers, amènent le gouvernement provisoire à prendre  un certain nombre de mesures lourdes et conséquences en s'engageant à assurer le travail à tous les citoyens afin de garantir l'existence de l'ouvrier par le travail suivant le principe du droit au travail. Le gouvernement provisoire crée le 26 février des ateliers nationaux pour employer les dizaines de milliers de chômeurs. Le 21 juin, la commission exécutive ordonna aux ouvriers des ateliers nationaux de se tenir prêts à partir pour des travaux d'aménagement du territoire ( assèchement des marais de Sologne). Les autres avaient le choix entre l'enrôlement dans l'armée d'Afrique et la radiation. 

    Il n'est donc pas impossible que des Mouzéens aient profité de cet enrôlement de masse pour rejoindre les Armées d'Orient et d'Afrique.

    Mais en relisant ce chapitre, tout en écoutant les actualités, je me demandais si je n'étais pas entrain de lire le journal d'hier ou encore mieux les prévisions astrologiques qui fleurissent toujours en ces débuts d"années. Ce n'est probablement que ma propre interprétation ... mais je souhaitais vous partager ce petit chapitre de notre histoire.

    D’ailleurs, une des photos illustrant cette année 1848 me rappelle un peu un reportage qui a tourné en boucle sur nos médias la semaine dernière !!! (un certain escalier en bord de Seine).

     

    Voici quelques extraits concernant ce chapitre :

     


     

     

    et pour ceux qui souhaitent lire l'article en entier :

    Le chapitre

     Référence du livre :
    HISTOIRE 1ère  Le Monde de 1848 à 1914
    J.DEFRASNE Professeur agrégé de l'Université et M. LARAN Professeur agrégé de l'Université
    CLASSIQUES HACHETTE


    votre commentaire
  • Dans le cadre du centenaire de l'Armistice de 1918, j'ai réalisé des fiches sur les Mouzéens ayant combattu au cours de cette période des années 1914 à 1919. 

    Vous pouvez les consulter sur les liens de ce blog :

    Morts pour la France inscrits sur le Monument Aux Morts de Mouzay.

    Morts pour la France inscrits sur la plaque commémorative de l’église de Mouzay.

    Morts pour la France inscrits sur le Monument Aux Morts d'une autre commune.

    Liste des Mouzay ayants combattus pendant la Grande Guerre.

    Un combattant Mouzéen chevalier de la Légion d'Honneur.


    votre commentaire
  • Le capitaine Massé Joseph


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Cette année, le 11 novembre 2018 marquera le centenaire de la signature de l'armistice de 1918. Je me devais donc d'effectuer des recherches afin de mettre à l'honneur ces Mouzéens qui avaient combattus.

    A partir de la consultation des archives des matricules militaires, j'ai réalisé une liste des Combattants Mouzéens ayant participé à cette Grande Guerre et qui étaient nés dans la commune. J'en ai retrouvé 84 nés dans notre commune.  Sur les 84 Combattants, 30 sont Morts sur le Champ de bataille ou dans des hôpitaux ou à leur domicile des suites des maladies; certains sont inscrits sur le Monument de Mouzay et d'autres sur celui d'une autre commune. 54 Mouzéens sont rentrés de cette guerre avec souvent de profondes blessures tant physiques que morales. En 1914, le plus jeune des combattants avait 16 ans (BERLEAU Gustave) et les plus âgés avaient 41 ans (CARATY René et MICHENER louis). 

    Pour chacun de ces combattants, j'ai réalisé une fiche reprenant les renseignements inscrits sur leur "feuille de matricule". Vous pouvez consulter les registres de matricule sur les archives départementales de l'Indre-et-Loire ou de l'Indre en fonction de leur "classe d'âge". 

    Il est probable que je n'ai pas retrouvé tous les Mouzéens car pour certaines classes d'âge, il n'était pas possible de consulter les registres de matricule. Si vous disposez des documents ou des photos sur des personnes de Mouzay, vous pouvez me contacter ou l’association "Mouzay et son Passé" afin que j'actualise le fichier et surtout pour le pas les oublier, c'est bien là le moins qu'ils méritent tous. En retour, si des communes, des associations et des particuliers souhaitent obtenir des renseignements, je vous adresserai ce que je possède dans mes recherches.

    Afin de faciliter l'ouverture du fichier assez important, je l'ai coupé en deux tomes.

    Les Combattants Mouzéens de la Grande Guerre 14-18

     

    Tome I

    Tome II


    votre commentaire
  • Mise à jour de l'article.

    Afin de préparer un fascicule regroupant les informations des Mouzéens décédés lors de la Grande guerre (14-18), j'ai commencé des recherches mentionnées dans les fichiers ci-dessous.

    Si vous avez des précisions concernant ces informations ou si vous détenez des documents permettant d'enrichir les renseignements, vous pouvez me contacter par la messagerie afin que nous prenions contact.

    Cet article sera actualisé en fonction des nouveaux éléments trouvés.

    Inscrits sur le Monuments aux Morts de Mouzay :

    ARNAULT Louis désiréBÉGUIN Charles Henri,  BERLEAU Gustave René,  BERNARD Paul JosephBOUE RenéBUTRAUD Auguste PierreCHEREAU Joseph EmileCHRÉTIEN Adrien ÉmilienCLARTE Georges LouisDOURIS Albert RaphaelDROCHON Elie AlfredDROCHON Henri Elie Séraphin, DROCHON Joseph, GANGNEUX Amédée ClaudeGENTILHOMME Albert Paul, GIRARD Émilien ClaudeGOURON René LéonLAMIRAULT FrédéricLEGAULT Gustave LéonLOISEAU ÉmilienLORILLOU Auguste, MANCEAU Georges FrédéricMICHAU Jules SulpicePINON André JosephPORCHER Auguste, PORTIER Prudent, RENONCIAL Louis désiréROBIN EugèneROBIN Joseph DésiréROY Gustave, TORTEVOIX EmileTORTEVOIX Georges.

    Poilus nés à Mouzay et inscrits sur la plaque commémorative de l'église de Mouzay :

    CHAUMAIN Joseph, GADIN Jules, GAUTHIER Robert, JACQUET Joseph, MATIGNON René, PINON Armand Louis, PINON Jules François, SAINSON Paul, TAUREAU Jules.

      

    Poilus nés à Mouzay ou ayants de la famille à Mouzay et inscrits sur le Monument aux Morts d'autres communes :

    ALLEGRET Louis JulesAUBRY AnatoleCARATY RenéFOURNIER Jules, FOURNIER Auguste, FROGER GeorgesGAILLET HenriMICHENER LouisMOREAU Marcel RémyPINON Pierre.

     

     


    votre commentaire
  • La ferme de la Vennerie s'appelait donc La Vannerie en 1832.

    En effet, sur le cadastre Napoléonien terminait le 8 novembre 1832 par le Géomètre du cadastre, MR HARDION, on trouve le nom de "La Vannerie".

    La Vannerie.

    A partir des recensements de la population, on constate que trois familles habitaient dans la ferme. Les trois habitations sont représentées sur le plan.

    je vous reporte donc les habitants de La Vennerie pour les années 1841, 1866, 1906 ET 1921 :

    Recensement de l'année 1841

    Recensement de l'année 1866

     

    Recensement de l'année 1906

     

    Recensement de l'année 1921


    votre commentaire
  • Monument aux Morts de Mouzay

     

    Lors de mes recherches, je me suis aperçu que le monument aux Morts de notre commune fut inauguré le 31 juillet 1921.

    Le Monument fut réalisé par le sculpteur Edouard DANIERE ( 1882 - 1960).


    2 commentaires