• Une colonie Deux-Sévrienne implantée à Mouzay (37)

    C'est à partir du recensement de l'année 1926 pour la commune de Mouzay que je me suis intéressé aux lieux de naissance des habitants nés hors du département de l’Indre-et-Loire. J'ai constaté que sur les trente individus "hors département" dix huit de ces personnes installées dans huit fermes de la commune provenaient du département des Deux-Sèvres et plus particulièrement de la région de La Chapelle-saint-Laurent, sur un rayon d'environ dix kilomètres.

    La Chapelle-Saint-Laurent

    Après ce premier constat, je me suis dit qu'il devait probablement y avoir un rapport entre les familles. Je suis donc allé voir du coté de la généalogie pour les familles qui habitent encore la commune ( laes familles Vincent et Besson) ou qui ont quitté Mouzay récemment (les familles L'Hommedet et Drochon, dont trois des enfants sont inscrits sur le Monument aux Morts). Je savais que ces trois familles avaient déjà des ancêtres communs dans commune de La Chapelle-Saint-Laurent).

    Alors, j'ai recensé tous les habitants qui provenaient de la région de La Chapelle-Saint-Laurent afin d'effectuer des recherches sur leurs généalogies.

    Quelles sont donc ces familles recensées en 1926 :

     - L'HOMMEDET Joseph (1903) domestique aux Echards. Originaire de la commune de Boismé.
     - CHESSERON Joseph (1866) marié à DESSAIVRE Arsène (1874) cultivateur à La Gravière. Originaire de la commune de Courlay.
     - DROCHON Henri (1865) marié à POIRAULT Séraphine (1863) patron cultivateur au Rond. Originaire de la commune de la Chapelle-Saint-Laurent.
     - JAMAIN Gustave (1882) marié à GOBIN Alexandrine (1881) patron cultivateur à Madagascar Originaire de la commune de Boismé.
     - DROCHON Henri (1900) marié à LIGONNIERE Yvonne (1900) patron cultivateur à la Thibaudière. Originaire de la commune de la Chapelle-Saint-Laurent.
     - GATARD Marie (1897) mariée à BESSON Rémy (1896) patron cultivateur au Chêne du Guet. Originaire de la commune de la Chapelle-Saint-Laurent.
     - POIRAULT Félix (1890) marié à GAUDRON Marie-Louise (1885) patron cultivateur aux Oiseaux.Originaire de la commune de la Chapelle-Saint-Laurent.
     - CHESSERON Eugénie (1897) domestique à la Varenne. Originaire de la commune de Chanteloup.

    Une colonie Deux-Sévrienne implantée à Mouzay (37)

     

    En positionnant l’implantation de ces familles sur la commune de Mouzay, on constate qu'elles sont réparties sur la partie Nord de la commune. Est-ce un simple hasard, je n'en suis pas si certain. Dans un précédent article sur les anciennes familles Mouzéennes, on s'apercevait que ces dernières occupées depuis plusieurs générations les fermes situées sur un axe Ouest-Est au centre de la commune. De plus, certaines fermes , le Rond et Madagascar, n'existaient pas au début du 19ème siècle car elles n'apparaissent pas sur le cadastre napoléonien de 1932. Ces fermes ont donc été construites sur des "landes", il a donc fallu les rendre cultivable pour des céréales. Certaines, comme les Oiseaux ne possèdent pas une terre très "riche". C'est probablement une raison qui a facilité l'installation de cette "colonie Deux-Sévriennes", les "anciennes" famille Mouzéennes préférant conserver leur terre cultivée depuis de nombreuses années.
    C'est une hypothèse que je propose, peut-être que d'autres personnes qui liront cet article pourront en émettre une autre en fonction des renseignements qu'ils pourraient détenir sur les familles.

    Implantation de la colonie.

      

    La généalogie de la colonie.

    Recensement 1901.

    Les premiers "colons" arrivés seraient la famille LIGONNIERE Augustin (1847) marié à BROSSARD Adeline (1850) de Boismé et installés à Madagascar en 1901.
    Cette famille avait cinq enfants : Laurentin (1877) marié à DUPUIS Hortense (1877), Henri (1881), Auguste Daniel (1884), Moïse (1887) et Hilaire (1892).

    Recensement 1906.

    La famille LIGONNIERE - BROSSARD est toujours installée à Madagascar. Une domestique du nom CHESSERON Elisabeth Célestine (orthographiée CHERERON sur le registre) est recensée dans la famille. Elisabeth CHESSERON est née le 01 octobre 1886 à Chanteloup, elle a donc deux ans de moins que Auguste Daniel LIGONNIERE (1884), fils de la famille.
    Et le 06 novembre de cette même année 1906, Elisabeth CHESSERON épouse Daniel Auguste LIGONNIERE dans l'église de Mouzay. Elisabeth décedera le 11 janvier 1911 à Loches.
    Le 3 octobre 1911, Daniel Auguste LIGONNIERE épousera en 2ème noce Henriette Marie-Louise DROCHON. Henriette DROCHON était née le 03 novembre 1888 à La Chapelle-Saint-Laurent. Henriette DROCHON est la fille de Henri Joseph (1865-1953) et de POIRAULT Séraphine Marie née le 05 août 1863 à La Chapelle-Saint-Laurent.

    L'arbre descendant de la famille LIGONNIERE BROSSARD

    Les Précurseurs

     

    A partir de 1911, les liens vont se renforcer entre les premières familles installées et les autres membres restés dans les Deux-Sèvres.
    Dans un premier temps, les parents d'Henriette DROCHON (1888-1975), mariée à Daniel LIGONNIERE, s'installeront à Madagascar.
    De cette famille, DROCHON Henri (1865-1953) marié à POIRAULT Séraphine ((1863), la sœur d’Henriette DROCHON (1888-1975), Elisabeth (1891-1953) épousera en deuxième noce VINCENT Auguste (1878-1952). Lequel VINCENT Auguste (1878-1952) été marié en première noce à L'HOMMEDET Albertine (1874-1940).

    On constate donc que ces trois familles DROCHON, VINCENT, L'HOMMEDET qui provenaient de la même commune de La Chapelle-saint-Laurent, avaient des liens entre-elles.

    Les liens entre les familles DROCHON / L'HOMMEDET / VINCENT

    Liens DROCHON / VINCENT / L'HOMMEDET

     

    Liens DROCHON / VINCENT / L'HOMMEDET

     

     l'implantation de la colonie.

    C'est donc en 1926 que la colonie sera la plus importante sur la commune de Mouzay. On retrouve tous ces membres répartis dans huit fermes et plu particulièrement sur la partie Nord et Est du territoire.

     Implantation en 1926

     

    Lors du recensement de 1936, cette colonie est toujours bien implantée sur Mouzay mais ces membres se sont mariés avec des habitants des communes environnantes.
    c'est le cas dans les fermes suivantes :
    - à Madagascar : Henriette GATARD (1901-1967) de La Chapelle-Saint-Laurent mariée à DENONIN Albert (1899-1946) de Saint-Quentin; dont la sœur Marie Eugénie GATARD (1897-1974) épousera BESSON Rémy (1896-1980).
     - aux Boisseaux : Solène L'HOMMEDET (1874-1940) mariée à VINCENT Auguste (1878-1952), tous les deux originaires de Boismé.
     - à Breteigne : André Pierre Joseph VINCENT ( 1905) de La Chapelle-Saint-Laurent marié à PORCHER Yvonne (1911) de Mouzay.
     - à La Fastière : Léopold L'HOMMEDET (1910-1985) marié à VILLIERS Jeanne (1913-1999), dont les parents étaient originaires de Boismé.
     - à La Thibaudière : Henri Drochon (1900),de La Chapelle-Saint-Laurent, marié à LIGONNIERE Yvonne (1901) née à Mouzay.

    De nos jours, des descendants de cette colonie habitent toujours notre commune. ils se reconnaîtront et s'ils souhaitent apporter des précisions ou des modifications à cet article, ils peuvent me contacter sur ma messagerie ou en laissant un commentaire à la fin de l'article.

    Les différents schémas en document PDF, beaucoup plus lisible en téléchargeant le fichier PDF.

    « Les anciennes familles MouzéennesJanvier 2020 est-il vraiment un record de chaleur ? »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marc - 79
    Mercredi 8 Janvier à 17:44

    Je viens de découvrir votre article qui m'a permis de retrouver des membres de ma famille. J'avais entendu parler de votre commune dans les conversations de mes Grands-parents et je comprends maintenant  pourquoi ils en parlaient si souvent.

    Félicitations pour toutes vos recherches et surtout pour en faire une synthèse aussi précise. Je dois avouer que j'ai eu un peu de mal pour retrouver les connexions entre les différentes familles.

    Merci pour tous ces renseignements et bonne continuation.

    2
    Jean-Pierre Jouteux
    Jeudi 20 Février à 12:34

    est que le Léopold L´Hommedet de "la Fastiere" s´est installé ensuite "au Cep"?

    D´en ce cas il aurait été notre voisin.

    C´est fascinant ces recherches.

     

    Gruß

      • Jeudi 20 Février à 13:47

         

        Guten Tag jean-Pierre,

        Ja, es var gern Léopold, der Vater von Nicole, Paulette und Jeannine, den du wahrscheinlich auf Mouzays "ocktober fest, mit Rotwein" kantest.

        Ich muss unbedingt einen Moment finden, um wieder in dein schönes Land zu kommen, wo ich einen Teil meiner Jugend verbracht habe (Tübingen).

        Michel.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :